La lecture, les mots, l’imaginaire

Article : La lecture, les mots, l’imaginaire
Crédit:
27 juin 2020

La lecture, les mots, l’imaginaire

Lecture-livre ouvert-imaginaire
Livre ouvert touchant les nuages – Crédit Photo : Mystic Art Design de Pixabay
J’aime la lecture et j’aime les mots. J’aime que la lecture fasse appel au monde merveilleux de l’imaginaire. J’ai découvert qu’il n’y a rien de tel que la lecture pour vous faire visiter des contrées éloignées, où vous ne vous rendrez peut-être jamais. Parlons-en !

Aimez-vous lire ? Vous encourrez mon juste courroux si vous ne me répondez pas au minimum ceci : « Je lis jusqu’à des heures indues et je pique du nez le lendemain alors que j’ai du travail par-dessus la tête. » A-t-on idée de ne pas aimer la lecture ? Si vous êtes de ce bord vous devez y remédier au plus vite. Laissez-vous tenter. Commencez par mon blog tiens ! Vous verrez que ce n’est mal du tout…

Faites-vous plaisir et faites-moi plaisir. Remarquez que je fais passer votre plaisir avant le mien, juste histoire de vous faire rester un peu plus longtemps à mes côtés. Venez petit, petit. Venez faire un tour avec moi.

La magie des mots

C’est assez surprenant de voir tout ce que les mots peuvent véhiculer comme idées et émotions.

 Je trouve fascinant que le simple fait de lire le mot « jeunesse »  au détour d’une histoire, puisse nous renvoyer directement à une femme à la peau ferme et tonique. Dans mon esprit, sa démarche est souple. Ses yeux brillent du feu que seuls possèdent ceux qui ont l’espoir de longs jours remplis d’aventures devant eux. Remarquez, « jeunesse » m’a fait penser à une femme, mais peut-être que vous avez à l’esprit l’image d’un jeune homme fort et musclé à la poitrine velue.

C’est là toute la beauté que je trouve à la lecture. A mes yeux, cela relève presque de la magie. Je vous aurais mis une image, que la formidable machine qu’est votre imaginaire ne se serait pas mis en branle. Vous auriez pris pour pièces sonnantes et trébuchantes mon image à moi.

Petite virée avec une phrase banale

Je vous embarque avec moi pour une petite virée. Je vous prie de bien vouloir vous pencher avec moi sur cette phrase pendant un instant : « Ce jeune couple noir dégageait une joie de vivre contagieuse. »

La phrase la plus banale du rayon banalité. Que vous inspirent ces mots ? Avant même que vous ne passiez à la phrase suivante, vous vous êtes déjà créé une image mentale qui, je suis prête à le parier, n’a que peu à voir avec celle que j’ai en tête.

Je vous invite à regarder de près l’image que vous avez à l’esprit. « Jeune couple » vous a renvoyé à une tranche d’âge précise. Mais si à 18 ans on est jeune, on l’est tout autant à 25. Et pourtant un gouffre sépare les réalités des uns et des autres.

 Le mot « noir » vous renvoie à une nuance particulière du teint noir, je me trompe ? Peut-être celle avec laquelle vous avez été le plus en contact. Ou celle de la personne de teint noir qui vous a le plus marqué dans votre vie. Afrique de l’Ouest ? Afrique de l’Est ? Les Iles d’outre-mer ?

Si on parlait un peu des différents facteurs qui peuvent affecter le teint de personnes vivantes dans les mêmes régions géographiques ? Comme le style de vie, le milieu social, les gènes et j’en passe. A ce titre les Togolais et les Béninois par exemple, n’ont pas obligatoirement les mêmes couleurs de peau, tout en étant voisins voire cousins.

Contrairement à ce que s’imaginent certains, la race noire n’est pas composée que de visages interchangeables. Il existe plus d’une trentaine de nuances associées au teint noir. Dans une famille de six personnes, vous pouvez vous retrouver facilement avec six différentes nuances de teints.

Petit coup d’œil à votre image mentale. La maintenez-vous toujours ou y apportez-vous quelques petites modifications ?

Passons. Qu’en est-il de leurs tailles ? Grands voire très grands ? Ou plutôt de taille moyenne. Ou mieux encore, et c’est ce que je préfère, vous n’y avez pas pensé ! Avouez. (Applaudissements frénétiques).

Et leurs apparences physiques ? La femme est-elle gracile et l’homme enrobé ?

Plus loin encore, le détail de leurs traits. La lèvre du haut de la  femme est-elle plus pleine que celle du bas ? L’homme a-t-il de grands yeux de biche ourlés de longs cils ?

Avez-vous pensé à leurs cheveux ? A-t-elle de belles frisettes coiffées en twist out ou des cheveux raides ? A-t-il les cheveux coupés courts ou des dreadlocks ?

Sont-ils tous les deux beaux dans le genre gravure de mode, ou charmants comme le serait le commun des mortels ?

Sont-ils en train de rires aux éclats ? Ou leur joie est-elle plus subtile ?

Comment sont-ils habillés ? Parés de boubous traditionnels multicolores ? Ou les avez-vous imaginés avec un habillement plus moderne ? Jeans et chemises, ou costards et cravates.

Vous êtes toujours avec moi ? Comment se porte votre image mentale ?

Et c’est alors que j’ajoute un petit mot que j’ai, dirions-nous, omis d’écrire : « Ce jeune couple noir homosexuel dégageait une joie de vivre contagieuse . »

Un tout petit mot et tout est à refaire. Oups ! Un tout petit mot de rien du tout. Vous verrez que dans le travail de votre esprit pour donner vie à ce nouveau couple, beaucoup de paramètres entreront en jeu qui ne faisaient pas partie de l’ancienne équation. Par exemple l’image que vous avez des homosexuels sera grandement déterminante.

Mais ne m’en veuillez pas très chers. Que ce soit un couple d’hommes ou de femmes, dites-vous simplement que vous avez faits la moitié du chemin. Ou pas.

Lecture-rêves-imaginaire-histoire
Livre ouvert sur des mots prenants vie – Crédit Photo : Comfreak de Pixabay

La lecture nous permet de créer notre propre histoire

Voyez-vous jusqu’où une phrase, on ne peut plus ordinaire, nous a conduits? Un tas de variables interviennent dans la construction d’une image mentale. La plupart du temps nous ne sommes pas conscients du travail colossal que notre esprit abat.

Notre imaginaire se nourrit d’une infinité de choses : notre environnement, nos expériences, notre enfance, nos rêves, nos désirs et j’en passe. Nous synthétisons toutes ces données et en faisons quelque chose d’unique qui nous est propre.

Donc, quand nous lisons les mots couchés sur du papier ou sur un support numérique, tous ces mécanismes se mettent en branle et nous créons notre propre petit film sur grand écran. 

Chaque mot nous renvoie à une image. A chaque phrase nous sommes le réalisateur et nous avançons main dans la main avec l’auteur. Nous recréons et nous améliorons au fur et à mesure que nous progressons dans la lecture d’une histoire.

Permettez-moi de dire ceci : De la façon dont je vois les choses, la lecture nous permet de créer notre propre histoire, contrairement à un film où les images nous sont imposées.

Mettez votre imaginaire à l’épreuve et vous serez enchantés. Vous avez beau vous calfeutrer dans une chambre, croulant sous les entraves des contraintes et du devoir, l’imaginaire lui est libre de toutes chaines. Et il se trouve qu’il n’a de limites que celles que nous lui imposons. Si vous ne lui mettez pas une longe, il peut vous guider vers des cieux d’une splendeur insoupçonnée.

Laissez les mots vous séduire, vous ensorceler et vous bercer de leur tendre étreinte. Laissez la lecture vous entraîner dans une danse torride.

A vous qui vous reconnaissez dans mon délire, je vous invite à vous immerger avec moi dans les eaux pures, où la trame des rêves est constituée de la soie des mots. Ici et maintenant les rêves prennent vie.

Étiquettes
Partagez

Commentaires

James
Répondre

Woaw, l'imaginaire de la lecture savamment décrite, excellent!! J'adore l'approche 😉

Délivrance
Répondre

A ton service James 😉

Eleonore
Répondre

Vous avez l'art de manier les mots. Magnifique !

Délivrance
Répondre

Merci Eleonore!

ananiagboh
Répondre

Quelle délice! J'ai adoré lire ce billet. J'étais tellement emporté que j'aurai aimé que le texte ne finisse jamais. La lecture nous aide à développer notre imagination, à la rendre débordante. Hâte de lire le prochain billet...

Délivrance
Répondre

Merci Anani d'avoir pris plaisir à surfer sur la vague de mon délire :)

Fané Q.
Répondre

C'est un bon travail d'analyse de l'maginaire sur nos lectures et l'effet ou l'impact que les mots peuvent avoir sur lui.

je m'en délecte sur un fond sonore de Boléro de Ravel ... ;)

Délivrance
Répondre

Ravel + Lecture? Tu es un fin connaisseur. mdr. Merci à toi

Dr K.
Répondre

Très beau billet! Et Que le rêve prenne vie.

Délivrance
Répondre

Ow. Merci!